Visites Pastorales de 1655

Extrait des visites pastorales de Monseigneur de Neufville en 1655

On est dans le contexte du concile de Trente et des réformes catholiques. Le but des réformes est de rétablir les lieux de cultes endommagés, redresser l’état moral du clergé et réaffirmer le dogme de la présence réelle du Christ dans l’eucharistie.

Le but des visites pastorales est de faire l’état des lieux de son diocèse, on est au alentours de 1650, lorsque Pizay est sous l’autorité du diocèse de Lyon. C’était aussi l’occasion d’administrer le sacrement aux peuples. A cette époque, Pizay est situé en Bresse.

Visite 1655 le 24 août, Pizey

« La cure de Pizey est de la représentation du sr chamarier de nostre abbaye de l’Isle barbe, Messire Estienne Boz, curé moderne, en fut pourveu le 5me de mars 1652 ainsi qu’il nous est apparu par ses provisions. Son entretien est la moitié des dixsmes, 60 livres d’argent que lui donne led. Chamarier sur quoy mesme led. Curé paye annuellement à Mr l’abbé de La Chassaigne 24 bichets soigle et huict de froment. Le nombre des communians est de 140, il nous a exhibé ses registres en deu estat.

L’églize est en deu estat, la coquille et chœur voutez, la nef lambrissée, le pavé entier, les fonsq baptismaux bien fermez. Sur le grand autel est un tableau dévot avec un cadre de menuiserie et un petit tabernacle doré dans lequel est un ciboire d’argent avec un soleil qui s’emboeste. Le St Sacrement y est honestement, et de plus il y a une petite boeste d’alquimie pour le porter aux malades.

Les stes huiles sont proprement dans un coffret d’estain.

Le calice est d’argent de Milan ; la couppe et pateine sont d’argent fin. Trois chazubles de damas deux paremens de damas bleufs et deux blancs.

La luminaire est entretenue de 4 livres de rente deues par divers particuliers, de 50 sols d’un fonds assené des présens des paroissiens et de deux royaumes.

A main droite de la nef en entrant, est un autel dédié à Nostre Dame où le curé dit messe chaque sabmdy et la dotation est de six à 7 livres par an à prendre sur un pré et bois en sis en la paroisse.

Le sieur curé nous a remonstré qu’il y a une messe tous les mercredi de l’année fondée au grand autel pour laquelle il n’y a qu’une terre de cinq bicherées mais stérile et ingrate affectée, ne pouvant rendre que 50 sols environ par an et partant nous a supplié de vouloir modérer le service, lequel nous avons réduit à une messe par moys veu la modicité du revenu et enjoint aux habitants de faire clorre leur cometière aux lieux où il ne l’est pas. »


Les archives des visites sont conservées aux archives départementales du Rhône, (cote 1G50 et 51 et  contient une version numérique), elles ont été retravaillées par la société Gorini au XX° où l’on peut retrouver des retranscriptions aux archives de l’Ain.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s