Types de fermes à Pizay

5 types de fermes à Pizay

Après une observation détaillée, 5 types de fermes semblent exister à Pizay

  • Les anciennes 1800/1830
  • Les « classiques » 1850/1895
  • Les plus récentes ou les bressanes (ferme Gros)
  • La dombiste (la ferme Borel)
  • Cas particulier : Le domaine du Tilleul

Le cadre ancien de la vie familiale au début du XIX°

2 traits caractéristiques :

  • L’existence d’une unique pièce d’habitation
  • La promiscuité homme/bétail.

Une unique pièce sert à la fois de cuisine, de salle commune et de chambre à coucher.

Lorsque la place se faisait plus petite, le fils ainé couchait dans l’étable avec le bétail. Pas de sommier, le lit se composait d’une paillasse de feuille de maïs séchées, une ou deux couvertures de coton, une couverture tricotée servait de dessus de lit. Cette habitude semble s’être maintenue jusqu’au début du XX° siècle.  

La division en pièces à usage spécialisé (fin XIX°/début XXI° siècle)

En ce qui concerne l’habitation, on relève une tendance à différencier et séparer les volumes affectés à des fonctions précises.

Le plus souvent, le logis comprend deux pièces principales :

  • La cuisine, appelée « maison » dans tout le Lyonnais, constitue la salle commune et le véritable centre de la vie de famille. Sa disposition permet de surveiller la cour.
  • La chambre du poêle, où couchent les maîtres de maison, tire son nom du poêle dont elle est pourvue. Elle est chauffée par une plaque « foyère », qui diffuse la chaleur que fournit le feu de l’âtre de la cuisine. Cette pièce est exclusivement réservée au couchage des parents (dans le Lyonnais).

Le coin des activités domestiques et celui où l’on mange sont nettement distincts. Les domestiques qui participaient à la vie de famille rejoignaient les maîtres aux moments des repas.

La maison est un coin de vie sociale où l’on reçoit parents et amis et pour les familles nombreuses elle sert de chambre à coucher.

Fermes pizolandes classiques (1860/1890)

Les fermes de Pizay sont caractéristiques du lieu. A l’origine de ces fermes, on peut compter quelques

4/5 grandes familles pizolandes qui pratique le régime du faire-valoir direct alors que la majorité de la Dombes est sous le régime du fermage. Ce sont probablement ces familles qui sont à l’origine des styles de construction des maisons pizolandes

A l’origine, elles sont ce que l’on appelle des « habitation-exploitation », seules quelques unes le sont encore aujourd’hui. Dans la majorité des cas, leurs fonctions d’origine ont été modifiés et son devenues exclusivement des habitations.

En prenant appui sur le pré-inventaire du canton de Montluel nous pouvons dresser une liste incomplète mais significative des fermes classiques :

  • 2 fermes classiques pour commencer (ferme Vernay et ferme Hayez)

La ferme Vernay : toit légèrement débordant, en tuile mécanique et soutenu par des piliers de bois, couvrant, galerie en partie close par des planches. Soutenue par deux piliers de pierres à corbeaux datés de 1893. En bordure du chemin on trouve un four dans un bâtiment en pisé et un bâtiment à gauche de celui-ci.

La ferme Hayez : même type que la précédente. Toit largement débordant. Trois piliers de pierre ronds avec des bases en tronc de cônes et les mêmes corbeaux taillés dans la masse à mi-hauteur soutenaient une galerie à l’étage qui a disparu. Une porte à linteau en bois s’ouvre dans le vide. Dans les années 1860, c’était un relais de diligences. Napoléon III y séjourna une nuit en 1868. On put y voir longtemps sa statue dans l’une des chambres.

  • La ferme Borel : seule ferme dombiste de Pizay
  • La ferme Chevelu (anciennement Janin), 1848
  • La ferme Péguet, 1856
  • La ferme Guichard, 1860
  • La ferme Fourmy (anciennement Gros), 1858
  • La ferme Méant, 1870
  • La ferme Gibert (anciennement Méant), 1872
  • La ferme Cochet, 1864

Descriptif d’une ferme pizolande classique :

La ferme se présente sous la forme d’un grand bâtiment composé d’un corps unique mais divisé à l’intérieur par 3 grandes parties, l’habitat, l’écurie/étable, la grange.

Sur la façade principale de la maison, nous pouvons voir la porte d’entrée. La porte de l’écurie se situe sur le même plan. Quelques fenêtres et un escalier droit en bois, situé sur la droite ou la gauche de la façade principale. Sur le coté se trouve l’étable.

L’étage n’est accessible que par l’escalier extérieur, une partie donne sur l’extérieur et est recouverte par le toit qui repose sur un pilier en bois, reposant lui-même sur un pilier en pierre. Des planches en bois ferment en partie cet espace qui sert à faire sécher le maïs et autres végétaux. On voit ici une évolution verticale de la ferme par l’ajout d’un étage et d’un pilier par là même.

Galerie photos des Fermes à Pizay

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s