Le paysage de Pizay depuis le XVIIème siècle à aujourd’hui

Etymologie de Pizay

⇒ L’étymologie du village de Pizay n’est pas certaine. En effet, on pourrait penser que le nom viendrait du mot « pisé » qui se réfère à la technique de construction en terre de la région mais le nom de Pizay a énormément évolué. On dénombre une bonne dizaine d’orthographes différentes et beaucoup de lien entre des familles ont été faites. D’autant plus que la technique du pisé aurait été utilisé pour la première fois à Lyon en 1562 donc bien après la création de Pizay.

Des mentions peuvent nous amener sur d’autres pistes mais ne sont pas révélatrices car trop peu nombreuses pour en tirer des conclusions.

  • Une ancienne famille portait le nom de Pizay au moyen Age.
  • En 1060, on fait mention d’un certain Aymon de Pisay qui serait un donateur à Cluny.
  • On a aussi Pizay, hameau de Merboz.
  • Sur le pouillé du diocèse de Lyon du XIII° siècle, Pizay est orthographié Pisiz.
  • On retrouve non loin de la région le Château de Pizay
  • Une rue de Lyon s’appelle la rue Pizay (près d’Hôtel de Ville)
  • Un château nommé Pizay se trouve à Saint-Jean-d’Ardières à 70km de Pizay.

Extrait du journal d’Eugène Dubois sur les généralités de Pizay de 1954. Dans son journal, E. Dubois nous indique où l’on peut lire les différentes désignations de Pizay :

Extrait du journal E Dubois 1954

Après avoir fait l’hypothétique lien entre Pisiacus avec un nom de famille, « Pisisus », du domaine de Pisisus, mais il finira par en déduire que l’étymologie de Pizay est inconnue.

Evolution du nom de Pizay :

  • 1191 : Pyseyz
  • 1201 : Pisiacus
  • 1214/1228 : Piseiz
  • 1255 : Pesay
  • 1269 : Piseys
  • 1613-1734 : Pizey
  • XVIII° : Piseis venant de « pisa » (lieu où l’on prend la terre pour faire du pisé)

Autres appellations trouvées : Pisiaco, Piseyz, Pyseyz, Pitseis, Pisseis, Pyseis, Pisiz, Piseiz, Piseis, Pisay

Et Bize sur le plan du XVI°. La question est comment est-on passé de Pizey à Bize et revenu à Piseis, est-ce une faute de la part du graveur ?

2 – Pizay à travers les cartes depuis 1600 au cadastre napoléonien

2.1 – La particularité de l’Ain

En 1790, le royaume de France se divise en départements et l’Ain tire son nom de la rivière de l’Ain qui prend sa source dans le Jura et se jette dans le Rhône près d’Anthon. Ce nom est un hommage direct à la nature et à la beauté, la végétation, les paysages montagneux, les différents courts d’eaux et étangs du département. Neuf districts ont ensuite été crées: Belley, Bourg, Châtillon, Gex, Montluel, Nantua, Pont-de-vaux, Saint-Rambert et Trévoux.

Les différentes paroisses qui constituaient le diocèse de Dombes étaient appelées des « royaumes ». Ils constituaient la source de revenus des paroisses. Tous les ans, on proclamait des rois et des reines. Les donateurs les plus généreux étaient qualifiés de roi et reine, ainsi tous les habitants pouvaient aspirer à devenir roi et reine. Le montant des donations indique également des « privilèges religieux » comme par exemple de pouvoir marcher à la tête de la paroisse avec la croix. Les royaumes sont un particularisme local.

Les royaumes étaient proclamés également par une cérémonie dirigée par le curé et c’est à ce moment que l’on donnait les titres de roi, reine, dauphin, etc… . Quelques paroisses pouvaient avoir plusieurs royaumes. A Pizay, la visite pastorale de Monseigneur de Neufville atteste la présence de deux royaumes. En général, cette cérémonie se fait la veille de la fête du saint patron local. Cette coutume régionale a perduré jusqu’à la révolution.

2.2 – Les cartes

Etudier l’évolution des cartes permet de situer les villages et également de relever l’évolution de leurs différentes appellations.


Carte Bressia Vulgo XVII° siècleIci Pizay est bien écrit
Noter que l’on trouve Pizay sous l’appellation de « Bize ».


Carte Sanson Nicolas, 1659carte sanson nicolas 1659


Carte des Cassini, entre 1746 et 1789, carte n°118, Belley
Carte des Cassini, entre 1746 et 1789, carte n°118, Belley


Carte départementale de l’Ain, 1790Carte départementale de l’Ain, 1790


Plan napoléonien, secteur B, Le village, 1834Anciennes cartes, photos et cartes postales de Pizay


3 – La modification du paysage du village

3.1 – Evolution des différents quartiers

Grâce aux différents recensements et au plan napoléonien de 1834, on remarque qu’à l’intérieur de Pizay, des quartiers se constituent et nous pouvons parfois faire le lien entre leur appellation et le nom de grandes familles présentes dans le village. Au fil du temps, des quartiers ont disparu, certains sont apparus et les habitats se sont faits de plus en plus nombreux.

On compte cinq quartiers ou lieu dits qui existaient en 1834 et sont encore présent aujourd’hui.

En 1934 sur le plan NapoléonPlan Napoleon 1834

Les quartiers ou lieux-dits de 1834 encore présents en 2011
Quartier en 2011

                  3.2 – La route D22

En 1894, un budget a été approuvé afin de faire construire trois chemins de grande communication et d’intérêt commun. Ces chemins concernent les routes n°2, 11 et 22 et d’autres chemin vicinaux ordinaires.

Tracé D22 hier et aujourd'hui

Avant la construction de la route D22, la route principale empruntait le Chemin de la Coupe et le Chemin du Village qui formaient le chemin de Montluel et menait jusqu’à Lyon. Aujourd’hui la D22 relie directement Bourg-en-Bresse et Lyon.

 L’évolution sociale de Pizay

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s